Err

Notre partenaire : Pieces pour Peugeot
Le spécialiste en réparation de l'injection automobile
Blog
Rechercher

LBJ PIECES AUTO Quand le gouvernement fait la réverence à BOSCH

BOSCH RODEZ : REPRISE DE LA PRODUCTION MALGRÉ L'OPPOSITION SYNDICALE

Equipementiers

La production de l'usine Bosch à Rodez (Aveyron) va reprendre progressivement à partir de mardi, malgré l'opposition des syndicats qui dénoncent la primauté des "intérêts financiers au détriment" de la santé des salariés en cette période d'épidémie du Covid-19.

La production du site aveyronnais, qui conçoit notamment des injecteurs pour moteur diesel, était à l'arrêt depuis le début des mesures de confinement en France le 17 mars, après que de nombreux salariés ont exercé leur droit de retrait.

"Nous avons annoncé aujourd'hui (mercredi) à la suite d'un CSE extraordinaire, la reprise de l'activité de production" à partir du 14 avril, a indiqué à l'AFP le chef de l'établissement, qui compte 1.400 salariés, Patrick Meillaud.

"Sur deux équipes de production, quelque 140 personnes viendraient travailler mardi, avec un pic d'une centaine de personnes en même temps sur le site", a-t-il estimé.

"Notre priorité est la protection des salariés et nous avons travaillé à la mise en place des mesures barrières, avec l'aménagement des horaires de travail pour éviter trop de croisements et la mise à disposition d'équipements de protection comme du désinfectant, des masques et gants", a énuméré M. Meillaud.

Mais pour David Martins, secrétaire du syndicat Sud à Bosch Rodez, "ça va être très compliqué de maintenir une distance d'un mètre entre les salariés à certains endroit, ça reste une usine après tout".

Il dit craindre qu'une reprise de l'activité avant la fin du confinement ne fasse de Rodez "un cluster de la région aveyronnaise".

Trois cas de contamination au Covid-19 sont suspectés sur le site de Rodez, et 219 sur l'ensemble des sites de Bosch dans le monde, selon M. Martins.

Yannick Anglarès, délégué CGT, s'interroge lui sur une "possible complicité entre les services de l'Etat et Bosch pour que l'activité redémarre", estimant par ailleurs que "les masques feraient mieux d'être mis à disposition du personnel médical".

"J'entends parfaitement le paradoxe qui peut exister entre un discours public où l'on préconise le confinement, et un autre où l'on dit qu'il faut maintenir l'activité", souligne le directeur du site, précisant que "le redémarrage est a minima" pour répondre aux besoins des clients.

D'après lui, un redémarrage progressif la semaine prochaine est "beaucoup plus pertinent" qu'un redémarrage en une fois plus tard.



www.reparationinjecteur.fr

Rédigé le  9 avril 2020 9:41  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Livraison MONDIAL RELAY

Livraison MONDIAL RELAYCoronavirus COVID19 - Quels impacts sur les livraisons et expéditions ?

Les livraisons et collectes vont-elles continuer ?
Notre service de livraison est maintenu jusqu'au mardi 17 mars où auront lieu nos dernières livraisons. Notre activité ne reprendra pas avant le 15 avril prochain ou jusqu'à la date fixée par le gouvernement.


Les colis arrivés dans un commerce Point Relais® fermé pourront-ils être envoyés dans un autre Point Relais® ouvert ?
Non, les colis déjà réceptionnés par un commerce Point Relais® déjà fermé ne pourront être récupérés qu'à la réouverture du commerce.


Mon colis est actuellement en transit dans votre réseau, il doit être livré dans un commerce Point Relais® actuellement fermé, peut-il être redirigé vers un commerce ouvert (supermarché, boulangerie, station-service, ...) ?
Non, votre colis sera stocké de façon sécurisée sur l'un de nos centres logistiques par lequel il transite.


Mon colis est disponible dans un commerce Point Relais® fermé, comment le récupérer ?
Il n'est pas possible de le récupérer ; les colis déjà réceptionnés par un commerce Point Relais® déjà fermé ne pourront être récupérés qu'à la réouverture du commerce.


J'ai un colis à expédier, l'étiquette est déjà créée, puis-je le déposer dans un Point Relais® ouvert ?
Non, si vous avez passé commande sur Mondialrelay.fr nous vous conseillons d'annuler votre étiquette via votre profil client rubrique "Mes achats" ( https://www.mondialrelay.fr/mon-profil-mondial-relay/mes-achats/ ) , vous serez remboursé intégralement. Si vous avez commandé via un site de vente entre particuliers (Vinted, Leboncoin, Rakuten, ...) nous vous conseillons d'annuler votre expédition sur le site de notre partenaire ou de prendre contact avec son service clients.


Les signatures sur le PDA sont-elles encore obligatoires ?
Oui la signature est obligatoire pour le transfert de responsabilité. Si vous pouvez retirer votre colis dans un Point Relais® ouvert (activité de première nécessité), munissez-vous d’un stylet plastique et /ou lavez-vous les mains au gel hydroalcoolique ou au savon immédiatement après signature. Le PDA n’est pas plus contaminé que les espèces ou le clavier de carte bleue ; les gestes barrières restent la meilleure réponse au virus.


Que va-t-il-se passer pour les colis en cours de livraison ?
Les dernières livraisons vers des Points Relais® disponibles auront lieu mardi 17 mars. Les colis non livrés après cette date seront stockés de façon sécurisée sur nos centres logistiques.


Le service d'envoi de colis est-il maintenu ?
Non, le service d'envoi de colis est suspendu jusqu'à nouvel ordre en application de l’arrêté ministériel du 14 mars et en raison de la fermeture des commerces. ( https://www.mondialrelay.fr/envoi-de-colis/information-sur-lenvoi-de-colis/ )


Les envois à l'international à domicile sont-ils maintenus ?
Non, les envois à l'international en Point Relais ne sont pas maintenus. Pour les livraisons à domicile à l’international, seuls les colis en cours d’acheminement en date du 17 mars seront acheminés dans le pays de destination.
Rédigé le  17 mars 2020 8:43  -  Lien permanent
0 Commentaires  

LBJ PIECES AUTO BOSCH dans la tourmente

LBJ PIECES AUTO  BOSCH dans la tourmente

BOSCH: RESTRUCTURATION APRÈS UN BÉNÉFICE EN FORTE BAISSE

Equipementiers

Le premier équipementier mondial, l'allemand Bosch, va poursuivre sa restructuration après une année 2019 plombée par le ralentissement conjoncturel, prévenant que "le zénith de la production auto pourrait être derrière nous".

"Si nos activités changent, il est nécessaire d'adapter nos coûts et donc l'emploi aux évolutions, notamment du marché automobile" a expliqué le patron de Bosch, Volkmar Denner, mardi soir.

 

Bénéfice à -40%

"Nous ne pouvons pas garder des structures adaptées à la demande, plus élevée, des années 2017 et 2018", a-t-il ajouté, alors que le groupe a déjà annoncé être en discussions avec les syndicats pour supprimer plus de 2.000 postes en Allemagne.

Comme l'ensemble de la branche automobile, l'équipementier souffre de la baisse des ventes mondiales. Pour Bosch, la faiblesse des marchés chinois et indien ont particulièrement affecté la rentabilité.

Le bénéfice opérationnel a reculé sur l'année de quelque 40%, à "près de trois milliards d'euros" tandis que le chiffre d'affaires est resté stable à 77,9 milliards.

De lourds investissements dans la mobilité électrique, la voiture autonome et connectée, ainsi que le coût de la restructuration ont également pesé sur l'exercice, détaille Bosch.

"Vous n'allez pas entendre de chiffre aujourd'hui", a pourtant prévenu M. Denner lors de la présentation des résultats annuels préliminaires de la société non cotée en Bourse, dont les effectifs dans le monde ont baissé en un an de 6.800 à 403.000 employés.

 

Restructurer "dans des conditions socialement acceptables"

Nombre de mesures "devront être mises en place cette année", a expliqué Stefan Hartung, directeur de la division automobile.

"Là où elles sont nécessaires", les suppressions d'emplois doivent se passer "dans des conditions socialement acceptables", c'est-à-dire sans licenciements et notamment par des plans de retraite anticipée ou de réduction du temps de travail, précise Bosch.

L'entreprise avance également de vastes programmes de requalification de ses employés et affiche 3.700 embauches dans ses activités de recherche et de développement sur l'année.

Bosch investira notamment 500 millions d'euros -- 100 millions de plus que l'année passée -- dans la mobilité électrique, dont l'un des axes principaux pour le groupe est la pile à hydrogène.

 

Production mondiale à -2,6% en 2020

Pour 2020, le groupe espère un bénéfice opérationnel stable dans un contexte conjoncturel toujours dégradé. Le secteur automobile allemand, confronté à une transition à marche forcée vers l'électrique, a été particulièrement touché, avec une chute historique de sa production en 2019 (-9%) à 4,7 millions d'unités, son plus bas niveau depuis 1997.

"Nous anticipons une baisse de la production automobile mondiale de 2,6% à seulement 89 millions de véhicules", a indiqué le directeur financier Stefan Asenkerschbaumer. "L'année sera à nouveau ardue pour beaucoup d'entreprises, notamment du secteur automobile et des machines-outils."

Pour un horizon plus lointain, "nous nous attendons à un niveau stable ces prochaines années" et "n'anticipons pas de hausse de la production globale avant 2025, a ajouté M. Denner. "Le zénith de la production automobile pourrait être derrière nous."

SOURCES : AM TODAY

La société LBJ PIECES AUTO a encore de beaux jours grâce à son expertise dans le diesel et ses solutions permettront de passer ces caps difficiles.

Vous pouvez aussi vous rendre sur notre site http://www.reparationinjecteur.fr et préciser votre référence d'injecteur ou de pompe d'injection pour retrouver soit le produit soit les pièces qui s'y rapportent.
Rédigé le  30 jan. 2020 8:43  -  Lien permanent
0 Commentaires  

LBJ PIECES AUTO Quand tout va mal dans l'automobile

La vérité sur le véhicule électrique
Zoom de l’Arval Mobility Observatory - L’information est passée quelque peu inaperçue la semaine dernière, alors qu’elle aura des répercussions importantes, dans les prochaines années, sur l’équilibre énergétique mondial. A compter de 2022, la Banque européenne d’investissement ne financera plus aucun projet lié aux énergies fossiles.
Depuis une dizaine d’année déjà, la banque de l’Union européenne avait tourné le dos au pétrole et au charbon. Restaient ses engagements dans les projets gaziers, qui atteignaient 13,4 milliards d’euros. Dans moins de deux ans, c’en sera donc aussi fini des prêts pour le gaz.
La BEI ne se détourne pas pour autant du climat. Bien au contraire puisqu’elle prévoit, au nom de la transition énergétique, de débloquer sur les dix années à venir jusqu’à 1 000 milliards d’euros pour financer les investissements dans le développement durable.
Il y a toujours urgence à mener le combat pour réduire les gaz à effet de serre, afin d’espérer respecter les objectifs de l’accord de Paris de 2015 et contenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°. Dans son dernier rapport annuel l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) ne mâche pas ses mots et fustige les gouvernements, les investisseurs et autres entreprises sur leurs réponses « loin d’être satisfaisantes » face à l’importance des enjeux.
En France, alors que la LOM vient d’être enfin adoptée après plus de 24 mois de concertations, atermoiements et discussions parlementaires dans le cadre d’une procédure pourtant dite « accélérée », la transition énergétique passe par l’adoption massive de l’électrique dans les transports, en lieu et place des motorisations thermiques.
Mais pas question de mettre à la route beaucoup de voitures électriques, si le réseau de système de recharge ne suit pas. La LOM prévoit ainsi de rendre obligatoire d’ici 2025 le pré-équipement de bornes de recharge électrique dans tous les parkings de plus de 20 places des bâtiments neufs ou rénovés, résidentiels ou pas.
Reste une question à laquelle il est toujours difficile de répondre : « Le véhicule électrique est-il si vertueux ? ». Au-delà des discours le présentant comme LA panacée pour lutter contre le réchauffement climatique, le bilan écologique du véhicule électrique est-il aussi « clean » qu’on veut le faire croire ?
L’Arval Mobility Observatory avec le concours d’Eurogroup Consulting, analyse dans son dernier cahier (1) les avantages des modèles électriques par rapport aux thermiques, tout au long de leur cycle de vie. Il ressort de cette étude que le véhicule électrique reste imbattable sur le plan de la pollution atmosphérique puisqu’il ne dégage lui-même ni CO2, ni NOx, les ennemis jurés de l’Organisation mondiale de la Santé. Et ce, quel que soit le pays dans lequel roule de véhicule.
Le bilan devient plus mitigé dès lors qu’on prend en compte le lieu de production des modèles, l’origine de l’électricité et les conditions d’utilisation.  Et dans ce domaine, il y a autant de bilans écologiques que de pays concernés. Ainsi une Renault Zoé produite et utilisée en France deviendra plus bénéfique pour l’environnement qu’une thermique dès 16 800 kilomètres parcourus. La même Zoé qui serait produite et utilisée en Allemagne devrait rouler 34 800 kilomètres… et même 190 000 kilomètres pour une production et une utilisation en Chine.
Morale de l’histoire ? Comme bien souvent, dans les grandes mutations et révolutions, si « il n’y a qu’une vérité absolue, c’est qu’il n’y a pas de vérité absolue » (2). Le véhicule électrique représente certes, un outil incontournable de lutte contre le réchauffement climatique, mais la vérité oblige à reconnaitre que son bilan écologique, pour être conforme aux attentes, doit s’accompagner simultanément d’une mutation complète de la production de l’électricité.

L’Arval Mobility Observatory

(1). Le Véhicule électrique est-il si vertueux ?. Novembre 2019. Les Editions de l’Arval Mobility Observatory. 160 pages.

(2). Jules Lagneau.
SOURCES : JA
Infos / tarifs / références etc … : www.reparationinjecteur.fr

Pour plus d’informations contactez-nous :

Par téléphone : 04.90-08-97-88

Par mail : [email protected]


Rédigé le  21 nov. 2019 12:56  -  Lien permanent
0 Commentaires  

LBJ PIECES AUTO Quand tout va mal dans l'automobile

Vincent Laurent, qui dirige le distributeur, a confié au journal régional subir depuis quelques temps «des tensions de trésorerie importantes». Il a donc sollicité cette procédure «pour protéger l’entreprise et l’ensemble des salariés».

La décision du tribunal est assortie d’une période d’observation qui prendra fin le 31 mars 2020.

Le groupe Laurent, que l’on sait depuis longtemps en difficultés, vient de vendre Exadis à Renault et Mobivia. Le réseau de plateforme pesait 73 des 119 millions de chiffre d’affaires réalisés par le groupe de distribution stéphanois. Cette mise en redressement concerne maintenant la Société Laurent Père et fils et ses 155 salariés. Elle est passée de 60,7 millions d’euros de CA en 2017 à seulement 40,5 millions en 2018.

Sources Apres ventes Auto


Rédigé le  3 oct. 2019 10:10  -  Lien permanent
0 Commentaires  

LBJ PIECES AUTO Quand les constructeurs donnent le la

Volvo S60 : une seule motorisation au service de la politique du constructeur
Si le constructeur suédois n’est pas en reste pour le déploiement de motorisations alternatives, la nouvelle S60 illustre particulièrement sa volonté d’électrifier ses gammes, et à terme d’abandonner le diesel. La berline est ainsi proposée exclusivement en version hybride rechargeable essence.
 
« Il n’y a plus de diesel sur cette gamme, et le coup de projecteur que nous donnons en présentant la nouvelle S60 est surtout un bon prétexte pour démontrer le changement de cap, notre stratégie d’électrification dont l’hybridation tient une place importante », amorce Yves Pasquier-Desvignes, président de Volvo Car France. En effet, au vu de l’objectif de vente, fixé à 500 unités dès l’année prochaine en France, le constructeur considère que la commercialisation de la dernière S60 tient plus du pari que d’une volonté purement commerciale.
 
« Nous sommes sur un créneau d’opportunité, le profil des clients n’est pas défini : nous proposons une belle berline moderne avec un parti très technologique, une expérience hybride rechargeable pour ceux qui ne sont pas attirés par les SUV. Côté entreprise, nous nous installons sur les grands comptes, en véhicule de direction pour ceux qui ont une sensibilité essence plutôt que diesel », commente le président.
 
Une alternative à la Model 3 ?

Sur le même segment que la Tesla Model 3 et affichée à un prix de départ équivalent, soit 59 900 euros, la berline tricorps est donc exclusivement proposée en hybride rechargeable essence. Produite sur la plateforme américaine du constructeur, en Caroline du Sud, elle est commercialisée en deux déclinaisons dotées d’un moteur 4 cylindres, de 2 litres essence. La première, T8 Twin Engine offre une puissance de 390 chevaux (dont 87 électrique) pour un couple de 400 Nm.

Dotée de 3 modes de conduite, elle peut atteindre 54 kilomètres d’autonomie en tout électrique. La version plus puissante, baptisée T8 Twin Engine Polestar Engineered développe 405 ch et 430 Nm de couple. Légèrement plus émettrice que la première déclinaison (48g/km de CO2 contre 39g/km), cette version plus sportive passe du 0 à 100 km/h en 4,4 secondes.

Finition Polestar versus modèle Polestar
 
Le constructeur espère écouler 20 % de son objectif, soit 100 unités, en finition Polestar Engineered, dont le prix départ s’élève à 67 600 euros. Le constructeur a décidé d’ajouter l’appellation Engineering  à la version sportive, dotée de composants et d'accessoires de Polestar, pour ne pas confondre avec la marque éponyme, devenue indépendante. En effet, Volvo a décidé il y a deux ans de faire de ce label distinguant les modèles ultra-performants, une nouvelle marque spécialisée dans les véhicules électriques à haute performance.
 
« La commercialisation des modèles Polestar débutera en France en 2021 », confirme d’ailleurs Yves Pasquier-Desvignes. Et si la vente passera essentiellement par le canal du digital, le dirigeant confirme qu’elle s’appuiera également sur des opérateurs. Notamment quelques-uns des 125 points de vente établis sur le territoire national. « Des concessionnaires Volvo pourront devenir des opérateurs Polestar mais dans des entités séparées. En revanche, même s’il y a des showrooms, ce seront des lieux d’exposition à l’intérieur desquels les commandes seront effectuées de manière digitale » explique le président de Volvo Car France.
Micro-hybridation pour tous les thermiques

En attendant, le constructeur espère atteindre en France 22 000 ventes d’ici la fin de l’année pour 20 000 livraisons. Il lui reste un trimestre pour compléter les 14 909 immatriculations cumulées sur les 9 premiers mois de l’année. Il compte notamment sur son best-seller, le XC40, décliné en version hybride rechargeable depuis le mois d’avril 2019 et dont la version tout électrique sera présentée dans le courant du mois d'octobre 2019. « A partir de 2020, nous ne lancerons plus aucun produit diesel mais tous les produits diesel finiront leur vie avec les diesel nés avec. Volvo a choisi trois technologies pour le futur, la micro-hybridation, l’hybride rechargeable et le full électrique », renseigne Yves Pasquier-Desvignes.

Sources : LE JOURNAL DE L'AUTOMOBILE

Rédigé le  3 oct. 2019 10:10  -  Lien permanent
0 Commentaires